Rechercher
  • Yoga Lila

Les Bandhas

Mis à jour : 30 août 2018

En yoga, il existe une série de verrous énergétiques qui se trouvent dans ce qu'on nomme le corps subtil et qui permettent de régulier le flux vital ou prana.

Imaginez des valves qui fonctionnent de la même façon que les valves du système circulatoire. Par exemple, les valves cardiaques permettent au sang de circuler dans le cœur dans un seul et même sens. Elles s'ouvrent pour laisser la sang entrer puis elles se referment pour empêcher que celui-ci ne reparte d'où il vient. Les Bandhas agissent comme ces valves en régulant quant à eux la circulation de l'énergie vitale ou Prana. Tout comme le sang qui s'écoule dans les veines et les artères, le Prana circule dans des réseaux du corps subtil appelés les Nadis. En "engageant" ces verrous, on permet à l'énergie d'affluer dans ces réseaux. Cette énergie est capable d'agir au niveau cellulaire, elle nourrit l'ensemble du corps subtil et équilibre le système nerveux.

Nous allons évoquer trois verrous spécifiques utilisés en Ashtanga Yoga.


Mulabandha

Ce mot vient du sanskrit Mula qui signifie racine. On l'appelle ainsi parce qu'il est situé à la base de la colonne vertébrale, mais pas exactement au même endroit chez l'homme et la femme. Chez la femme, il se trouve en haut du col de l'utérus alors que chez l'homme il correspond au muscle du périnée situé entre l'anus et l'appareil génital. Pour le trouver, un bon moyen est d'imaginer que vous avez une envie pressante d'aller aux toilettes, mais que vous devez vous retenir. Quels muscles allez-vous utiliser pour résister à cette urgence ? Vous pouvez également utiliser la technique Keigel qui permet aux femmes de tonifier la zone pelvienne après un accouchement. C'est assez simple, lorsque vous urinez, vous contractez les muscles pelviens afin de retenir le jet, puis vous relâchez. Cette méthode utilise en fait plus de muscles que pour engager seul Mulabandha, mais c'est un bon début. Une fois encore, vous trouverez au fur et à mesure de votre pratique la bonne contraction et vous pourrez ensuite facilement maintenir ce verrou engagé.


Uddiyana Bandha

Le deuxième verrou, Uddiyana Bandha peut se traduire littéralement par "s'envoler vers le haut". On engage Uddiyana Bandha en expirant complètement puis en rentrant et relevant le bas du ventre, le diaphragme se levant simultanément. Uddiyana Bandha est à l'origine utilisé en pranayama pendant la rétention qui suit l'expiration complète et précède l'inspiration. Ce verrouillage complet ne doit pas être maintenu pendant toute la pratique. Il nous serait alors impossible d'inspirer librement.

Le degré et la qualité d'Uddiyana que nous devons maintenir sont plus subtils. Il ne s'agit pas de rentrer complètement le ventre vers l'intérieur mais plutôt de maintenir une "immobilité" dans la zone située trois doigts en dessous du nombril.

Cela laisse de la place au diaphragme pour descendre à chaque inspiration et permet aux poumons de développer leur expansion vers les côtes, le dos et la poitrine. La partie supérieure du torse doit rester souple afin que l'inspiration puisse être la plus ample possible.

A chaque expiration, les muscles du ventre se contractent pour encourager les poumons à se vider complètement. Cette contraction est ensuite relâchée afin que l'inspiration puisse se renouveler pleinement. Cependant il ne faut pas être trop relaxé pour éviter au bas du ventre de gonfler à la prochaine respiration.

Cette action est subtile ; si l'on fait trop d'efforts, la respiration est gênée au lieu de s'améliorer. Il ne s'agit pas non plus de trop durcir le ventre. Imaginons plutôt que l'on presse délicatement le nombril vers le bas de la colonne vertébrale.

La dynamique subtile de ces bandhas prend du temps. Alors soyons patients sans s'inquiéter outre mesure si cela ne marche pas tout de suite.

Comme mulabandha, uddiyana bandha devra être maintenu à terme pendant toute la durée de la pratique.


Jalandhara Bandha

C'est le verrou du menton. Il est moins utilisé que les deux autres. Il arrive spontanément dans certaines postures, est fortement préconisé dans d'autres. Cependant il est particulièrement sollicité en pranayama.

Pour pratiquer Jalandhara bandha, vous devez descendre le menton vers le creux formé entre les clavicules, sous la pomme d'Adam. Lorsque vous engagez les trois bandhas simultanément cela se nomme mahabandha ou le grand verrou.


Source : Ashtanga Yoga, le Guide Pratique de David Svenson




​© 2018 par Yoga Lila. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now